Lors d’une conférence au royaume uni, Norman Wilkinson, analyste senoir d’IBM senior rappelait les résultats d’une étude IDC sur les tendances guidant l’évolution des services informatiques à moyen terme :

* 70 % du budget des DSI de 2005 étaient des jours hommes
* En 2008, 73 % des jours hommes budgetés seront dus aux opérations
* Le développement d’application baissera à un taux moyen de 10 % à horizon de 2008
* Si cette tendance se porusuit, les budgets de développement seront nuls en …2012!

Le premier point m’a rappelé une discussion que j’avais eue avec un consultant senior Français qui défendait le point de vue que le meilleur indicateur de performance d’une DSI était le nombre de ses collaborateurs. Je dois dire que je n’ai pas été vraiment convaincu puisque je m’attendais à ce que la valeur du SI minore l’importance de la variable personnel dans l’argumentation.

Si l’activité de développement d’application décline, les piliers de valeur du SI vont bouger : la part de la richesse fonctionnelle va diminuer, la part du niveau de service va augmenter.

Si chaque société est pourvue de toutes les fonctions dont elles a besoin, la différentiation s’effectuera alors sur le niveau de service qu’il fournit à ses utilisateurs et à ses clients.

C’est l’illustration des rendements décroissants : plus les sociétés sont équipées, moins, il est facile de trouver de nouveaux domaines de développement d’applications.

Cependant quelques domaines devraient rester, par exemple, les changements réglementaires produiront toujours des mises à jour de fonctions, même si cette activité est destinée à être externalisée vers les éditeurs de logiciels, au fur et à mesure que les sociétés optent pour des logiciels commerciaux. Le développement et la maintenance des applications composites devraient également rester.

Il ne s’agit pas vraiment de nouveaux développements d’application, mais de l’adaptation de processus commercial, par exemple à un nouveau circuit de distribution. Cependant, l’absence de coût entraine l’absence de valeur : la vraie question est alors la réconciliation des dépenses avec les gains.

Selon moi, les plates-formes d’applications composites composent l’outillage qui soutient la vision du DSI comme agent de changement dans l’entreprise. Cependant, si les sociétés ne font pas de progrès dans la mise en oeuvre de SOA, tous les changements de processus resteront à la charage des équipes de développement qui ne tendront pas à diminuer.

Le dernier point est la compétence. Même si des changements d’application diminuent, les services informatiques doivent conserver suffisamment de compétence pour être capables de maintenir les applications ou au moins de piloter la maintenance. Ce niveau de compétence défini le plancher de diminution de dépenses de développement.

C’est particulièrement vrai pendant des périodes de vacances où des utilisateurs réguliers sont remplacés temporairement par des utilisateurs moins expérimentés. On constate alors de nombreuses erreurs et cela exige que du personnel suffisamment compétent répare les problèmes dans un temps raisonnable.

Pour moi, le meilleur inducteur pour la taille de personnel de service informatique est le nombre minimal de compétences exigées pour gérer et maintenir les services et les opérations. Le moindre n’est pas le mieux, mais moins ne devrait pas toujours équivalent au maximum. Les sociétés doivent conserver assez de compétences afin d’entreprendre et de gérer les changements. Autrement, elles encourent le risque que leur informatique soit gérées par leurs fournisseurs.

La production informatique semble être une source plus attirante d’économies avec la centralisation et l’automatisation. Microsoft, l’HP, Citigroup ont déjà centralisé tous leurs puissance de calcul dans quelques data-centers. C’est seulement une première étape qui ouvre la route à l’amélioration de l’automatisation de la supervision et de la gestion d’application.

Le succès d’un tel changement repose sur le niveau de compétence de la DSI et le niveau de maturité des processus. Des coûts de la main-d’œuvre bas avec des compétences basses mènent à une qualité insuffisante. Dans un contexte industriel, la bonne qualité équivaut à des économies.

Ce paysage peut appeler des réflexions à propos des mises en oeuvre locales. Si quelques grandes sociétés peuvent agir comme des leaders, elles ne représentent pas la majorité. Quelle est la taille appropriée pour qu’une société entreprenne la première étape de cette vision ?

Des sociétés plus petites devront compter sur les offres d’externalisation. L’agilité des marchés nationaux qui favorisent la diffusion d’une telle technologie et les offres associées sont un facteur clef de croissance pour les sociétés nationales.

C’est la même chose pour les progiciels. Les éditeurs de logiciels sont les principaux vecteurs de mise en oeuvre réussie d’une infrastructure SOA qui est le facteur critique pour se évoluer vers les applications composites. Les marchés nationaux insuffisamment couverts par les éditeurs peuvent freiner les changements au sein des sociétés.

D’autre part, autant les sociétés sont capables de gérer les processus externalisés ou de réussir l’intégration de progiciels, davantage l’offres d’externalisation et de progiciels seront disponibles dans leur pays.

À long terme, les Directeurs des Systèmes d’Information gagnants doivent se préoccuper de la maturité des processus de gestion de services et prêter l’attention à la construction de leurs plates-formes SOA. Ils doivent analyser soigneusement les investissements dans les développements spécifiques parce qu’ils peuvent retarder l’arrivée de leur plate-forme SOA. Ils doivent aussi trouver comment démontrer le bénéfice d’une infrastructure SOA véritable (ESB, BPM, MDM, …) qui n’est pas directement liée avec le métier.

Dans une période où le capital devient rare et cher, le travail de directeur des systèmes d’information devient de plus en plus difficile.

Les sociétés dont les DSI resteront dans le développement d’application et ne seront pas capables d’évoluer pour gérer les services et être un agent du changement, ne seront pas capables d’obtenir les économies et les retours sur investissement à temps. Elle devront lutter durement avec leurs concurrents. Ceux qui s’attendent, comme dans le passé, a pouvoir débloquer d’un coup une quantité importante de capital pour accélérer les changements, risques d’être déçus par la perspective économique.

Print Friendly, PDF & Email

One thought on “Investir dans la gestion des services et dans les infrastructures SOA, quelles meilleurs options a le DSI ?

  1. Bonjour,

    Je trouve un peu pessimiste le fait de n’envisager qu’à l’avenir une DSI ne soit plus “bonne” qu’à gérer des services. Je pense que rien n’est écrit et que d’autres projets “utilisateurs” (ce que vous appelez fonctionnalités) verront le jour.
    Qui avait prévu les impacts d’Internet, les réseaux mobiles, les réseaux sociaux, le besoin de toujours être accessible (PDA, portable, BlackBerry, etc.). C’est vrai que cela ne change pas fondamentalement les processus métiers qui restent stables, c’est peut-être la notion de projet qui est à revoir.
    Ajouter une fonctionnalité peut être vu comme une évènement “attendu” par la DSI. Et dans ce cas de figure ne s’agit-il pas simplement de maintenance?

    Cordialement,

    jean-paul Joanany

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *