Sans la Finance, le rythme du progrès aurait été très lent

La finance permet de réaliser aujourd’hui ce qui devrait l’être demain. Ainsi, elle est un pari sur l’avenir, et doit, à cause de cela, faire face aux incertitudes et aux risques.

Par exemple, un agriculteur veut acquérir un bœuf pour obtenir davantage de blé de ses terres fertiles. Il doit attendre plusieurs années, suffisamment pour économiser l’argent couvrant le prix du boeuf. À ce moment-là, le prix de l’animal pourrait avoir augmenté.

L’agriculteur peut aussi conclure un accord avec le vendeur de bœufs. Il prend l’animal aujourd’hui et rembourse chaque année le vendeur grâce au surplus de blé qu’il obtiendra de sa terre. Le vendeur est devenu banquier.

Les prêts accélèrent le développement économique et permettent aux entreprises de commencer dès aujourd’hui à améliorer leurs moyens de production. En cela, cela favorise le progrès.

Mais prêter est un pari sur l’avenir. Si l’emprunteur n’obtient pas suffisamment de revenus supplémentaires, il ne pourra pas remplir ses engagements. Il y a un risque de contrepartie puisque les remboursements sont fixes alors que l’avenir est incertain

Le risque de taux est un autre risque. Le taux d’intérêt représente le revenu du prêteur. Lorsque de nombreux emprunteurs souhaitent obtenir de l’argent, les taux sont élevés, sinon ils sont bas. Si l’emprunteur a obtenu un prêt alors que les taux étaient élevés, lorsqu’ils baissent, il s’efforcera d’obtenir un prêt moins cher et de rembourser le premier. Il aura ainsi restructuré son prêt pour limiter ses pertes.

Les fluctuations des taux sont la cause principale des variations de prix des actifs. Lorsque les taux sont élevés, les emprunteurs limitent leurs prêts et la demande d’actifs diminue. Si les taux baissent, les emprunteurs sont avides de prêts, la demande de biens augmente et les prix.

Les propriétaires constatent que les prix de leurs actifs fluctuent même s’ils n’ont effectué aucune transaction financière.

Les actions sont un autre moyen de prêter de l’argent aux entreprises. Au lieu de recevoir des paiements fixes, les prêteurs sont remboursés avec des dividendes. Si les années sont mauvaises, la société ne réalise pas de bénéfices et ne verse pas de dividendes. Si les années sont bonnes, les dividendes peuvent être très élevés. Pour être dédommagés du risque, les prêteurs se voient accorder des remboursements sans limite de temps. D’autre part, les entreprises ont moins de fardeau financier en période difficile.

Une fois émises, les actions peuvent être vendues par leurs propriétaires. Si les attentes en matière de dividendes sont élevées, le prix des actions est plus élevé. Donc, le vendeur fera un profit. Sinon, le prix des actions baissera et le vendeur risquera de perdre son argent.

Tout cela crée une grande instabilité des prix des actifs. Si les dividendes espérés par une société sont élevés, les acheteurs empruntent de l’argent et acquièrent davantage d’actions de cette société, ce qui entraîne une hausse du prix des actions, ou l’inverse, lorsque les attentes en matière de dividendes sont faibles.

Pour éviter une telle bulle, les marchés des actions ont été organisés et ont permis l’achat ou la vente à terme. Cela signifie qu’au lieu d’acheter aujourd’hui des actions censées augmenter, l’acheteur convient aujourd’hui du prix de la transaction, qui se produira plus tard à la date de clôture de la vente à terme. De cette manière, aucune transaction réelle ne se produit à l’instant et les prix ne sont pas affectés.

Les options sont un moyen d’acheter ou de vendre un contrat d’achat ou de vente à terme. Comme les actions, les marchés d’options ont également été organisés. Ils permettent de prendre option sur option, ce qui revient à miser contre un taux ou un indice pur, qui est le taux de croissance d’un panier d’actions. Ces types de pari n’affectent pas directement les prix des options et ne permettent pas un dynamisme du marché.

Ainsi, la finance permet d’allouer de l’argent à des projets susceptibles de soutenir le rythme du progrès. Parfois, la sélection des projets échoue et les sommes sont allouées pour acheter des actifs qui ne feront pas avancer l’économie, comme des terres ou des maisons. Le prix des actifs augmente sans réellement apporter de valeur ajoutée.

Comme beaucoup de technologies ou d’activités, la Finance n’est en soi ni bonne ni mauvaise, elle peut potentiellement apporter un avantage raisonnable en accélérant le rythme du progrès, mais elle peut également plonger des pays et les hommes dans la crise. La Finance doit être régulée.

Les banques sont les acteurs principaux de la Finance

Les activités financières sont gérées par des organisations spécialisées car elles nécessitent de la technicité et un savoir-faire de haut niveau pour être contrôlées et gérées de manière sécurisée. C’est le rôle du secteur bancaire.

Les banques gèrent toutes les activités financières: prêts, gestion des fonds propres, gestion des options, échange de fonds. Les marchés financiers organisés sont gérés par des organisations en charge de la réglementation des marchés, et les États contrôlent toutes les activités par l’intermédiaire des Banques Centrales et des organismes de régulation.

Pour gérer efficacement l’activité de prêt, la banque avance de l’argent qu’elle n’a pas encore acquis. Sinon, chaque banque devrait publier le montant des fonds disponibles qu’elle aurait à prêter, et chaque emprunteur devrait rechercher les banques avec suffisamment d’argent pour couvrir sa demande. Dans ce contexte, les banques n’ayant pas suffisamment d’argent auraient été négligées, l’activité n’aurait pas été efficace et les taux auraient été artificiellement élevés. En conséquence, la demande baisserait alors et les prix diminueraient artificiellement, ce qui caractérise la déflation.

Pour que l’activité se déroule sans heurts, les banques prêtent de l’argent qu’elles ne possèdent pas. C’est le processus de création de monétaire. Au fur et à mesure que le prêt est remboursé, les fonds sont progressivement détruits car ils sont retirés de l’économie. Les banques sont rémunérées grâce aux taux d’intérêt. Cette approche n’est viable que si les prêts sont globalement égaux à l’épargne. Autrement, une telle somme d’argent augmente la demande d’achat et pousse artificiellement les prix. Et c’est l’inflation.

L’équilibre est surveillé par le régulateur. Les banques sont globalement limitées sur le montant des prêts qu’elles sont autorisées à consentir par le gel de leurs capitaux. Les régulateurs les forcent à conserver une partie de leur propre argent afin de pouvoir couvrir les défauts de remboursement. Le montant de l’argent dépend du montant des emprunts et du risque de défaut. C’est la raison pour laquelle les banques disent qu’elles gèrent les risques financiers.

Pour sortir les risques de leur périmètre, les banques ont imaginé la titrisation. Elles rassemblent leurs prêts dans un portefeuille et les transfèrent dans une société appelée “Véhicule à Usage Spécial”, qui est une société financière ou un fond . Ensuite, elles vendent aux investisseurs des titres négociables qui supportent le risque lié aux intérêts et aux risques de défaut.

Par ces opérations, les banques souhaitent retirer de leur propre portefeuille les prêts plus risqués, les créances douteuses, elles conçoivent des portefeuilles titrisés présentant un équilibre attractif entre niveau de risque global et taux d’intérêt, car si certains prêts sont très mauvais, d’autres sont très bons.

Lorsqu’ils ne sont pas en mesure d’équilibrer un portefeuille de prêts titrisé, ils ajoutent une assurance de garantie supplémentaire au “Véhicule à Usage Spécial”. Si les défauts de remboursement dépassent une limite convenue, certains investisseurs prendront le relais des défaillants. Il s’agit d’une dette garantie (CDO).

Les banques affirment aux investisseurs que la probabilité de tomber dans cette situation est très minime. Pourtant, ils peuvent avoir tort. C’est ce qui s’est passé pendant la crise des subprimes. Certaines banques ont accepté de jouer le rôle d’assureur pour rendre les prêts titrisés attrayants. Ils pensaient comme des régulateurs que la limite n’aurait jamais été atteinte.

Ils avaient tort. Lehman Brothers a été mise en faillite, cela a forcé les investisseurs à assumer les défauts de paiement. Étant donné que de nombreuses banques peu judicieuses avaient investi dans les subprimes, elles ont perdu beaucoup d’argent, ce qui a entraîné un resserrement du crédit dans le monde entier.

L’argent rend le jeu encore plus complexe

Quand quelqu’un veut acheter un bien dans un pays étranger, il doit obtenir de l’argent étranger pour le payer. Il se rend au bureau de change et achète avec son propre argent la valeur de l’argent étranger. Normalement, la valeur d’échange est fixée sur la base du prix de biens équivalents dans les deux pays. C’est la parité de pouvoir d’achat. En fait c’est une exception.

Cela est dû en partie à la disparité des coûts de production. C’est la cas lorsque les coûts sociaux sont plus élevés dans un pays que dans l’autre. Cela est également dû à la valeur d’échange. En effet, quand il y a une forte demande en monnaie d’un pays spécifique, disons en dollars, la valeur d’échange augmente. En fait, lorsqu’une entreprise doit payer un bien en dollars, elle demande un prêt à court terme en dollars à une banque. À mesure que la demande de prêts augmentera, les taux d’intérêt devraient augmenter également. Etant donné qu’il s’agit d’un segment spécifique des prêts, les banques préfèrent augmenter le taux de change et conserver les taux d’intérêt inchangés. Dans ce cas seuls les agents économiques étrangers sont touchés.

Si la valeur d’échange d’une monnaie, par exemple le dollar américain, augmente, la valeur monétaire de la monnaie de l’acheteur est automatiquement réduite. De ce fait, le prix des importations payées en dollars augmente mécaniquement pour le pays. Souvent, le gouvernement peut demander à la banque centrale d’acheter son propre argent en dollars pour maintenir la valeur d’échange. Cela oblige la Banque centrale à conserver des réserves de monnaies étrangères.

Si le pays n’est pas en mesure de maintenir son taux de change, c’est la dévaluation. Les importations sont alors plus chères et les exportations moins chères. Cela peut rendre les produits exportés plus compétitifs aux dépens des importations. Si les taux de change sont élevés, les exportations sont chères et les importations moins chères. Lorsque les produits exportés sont meilleurs que leurs concurrents, le taux de change peut être élevé. C’est le cas de l’Allemagne.

Pour un pays, le montant total en monnaie ne correspond pas seulement à la monnaie de papier, mais également à tous les prêts et titres à court terme.

Lorsqu’une banque prête à l’étranger, elle doit supporter le risque de défaut de remboursement et le risque de taux de change. Afin d’être immunisé contre ce risque, elle prend généralement une option fixant aujourd’hui la valeur d’échange de l’argent qu’elle obtiendra demain en remboursement du prêt.


Déséquilibres: inflation et déflation

Les banques centrales ont pour objectif de lutter contre les déséquilibres. Lorsque la demande est élevée en raison de la croissance de l’économie du pays, les banques centrales assouplissent les taux d’intérêt pour permettre à tout le monde d’obtenir de l’argent. Si la demande est élevée parce que les salaires sont élevés, mais en contrepartie, l’économie est stable, la Banque centrale relèvera les taux d’intérêt pour ralentir la demande et éviter l’inflation. Dans le même temps, les dirigeants doivent geler les salaires, c’est de l’austérité.

Lorsque la demande est faible parce que les salaires sont modérés, les banques centrales doivent assouplir les taux d’intérêt pour tenter de relancer la demande. Comme pour l’inflation, les dirigeants doivent ajuster leur politique économique, sinon les prix vont baisser, comme les salaires. C’est la déflation, le pire déséquilibre pour une économie.


À la fin

La finance n’est pas une activité individuelle. Son objectif principal est de gérer un bien public vital pour les peuples, les pays et les sociétés, à savoir l’argent.

L’argent est le moyen pour tous d’acheter des biens n’importe où sur la planète. Comme les biens peuvent être achetés à l’avance, cela ouvre la voie à l’investissement et au développement. Il faut favoriser le progrès.

L’argent, en tant que bien public, doit être supervisé. Certains économistes pensent qu’il revient à chacun de jouer son rôle d’agent économique et la supervision se fait d’elle même. C’est, en bref, le point de vue des monétaristes.

Certains autres économistes pensent que la monnaie doit être régulée grâce aux banques centrales et à la régulation du secteur bancaire.


Print Friendly, PDF & Email

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *